Aude Gilger

Aude Gilger: Sur les traces des Haidas et des Masques de Métamorphose 
Aude Gilger: Sur les traces des Haidas et des Masques de Métamorphose

Voyage en terre Haida, sur les traces d’une terre sauvage encore intacte : les Haidas Gwaii ou “Iles du Peuple”. Archipel d’îles luxuriantes autrefois nommé les Iles de la Reine-Charlotte. Thuyas majestueux, paysages marins spectaculaires,Aude Gilger: Sur les traces des Haidas et des Masques de Métamorphose  mystérieuses forêts primaires ainsi que des ressources naturelles riches et diversifiées font de ces îles un lieu exceptionnel.

Dans ce milieu fécond, la culture Haida a atteint un haut degré de sophistication et de complexité, en imaginant un style de sculpture et de peinture distinctif et puissant. Style reconnaissable notamment par des œuvres d’art monumentales tels que leurs imposants mâts totémiques, des masques de métamorphose d’une fascinante esthétique et d’une grande ingéniosité mécanique ainsi que par un graphisme raffiné. Les indiens de la Côte Nord-Ouest ont, au cours des millénaires, élaborés des conventions graphiques et plastiques, mis en oeuvre des procédés stylistiques qui mêlent, impliquent et transmutent les uns dans les autres les traits humains et non humains. Ils donnent vie à une réalité jusqu’alors inimaginable.

Terre de légende ou art, mythes et cérémonies étaient étroitement impliqués et faisaient partie intégrante de leur vie. “les Vikings du Pacifique Nord-Ouest ” se sont créé un monde de costumes, d’ornements, d’outils et de constructions dont chaque composante avait une dimension spirituelle. La mythologie haida lie formes humaines et animales. Les masques anthropomorphes à transformation illustrent parfaitement ce passage de l’un à l’autre. Susceptibles d’être ouverts ou fermés, ils accompagnent l’intrusion du monde divin ou surnaturel dans le monde humain lors des cérémonies Dauwlaxa (le retour au Paradis). Et introduisent ainsi une libre circulation au sein d’un monde indifférencié peuplé d’humains, d’animaux et d’esprits.

Aude Gilger: Sur les traces des Haidas et des Masques de Métamorphose